Bilan de chantier

Le chantier archéologique des casernes Beaumont s’est achevé le 22 décembre 2023. Tous les secteurs fouillés entre septembre 2022 et décembre 2023 ont depuis été entièrement rebouchés et vont être rendus à l’aménageur (la Société d’équipement de la Touraine) qui pourra entamer les différentes constructions de son projet.

L’opération archéologique a permis la fouille exhaustive des trois églises qui se sont succédé entre le Xe (?) et le XVIIIe s., mais également celle d’une chapelle, d’un oratoire, du cloître avec ses différentes galeries (au moins trois états successifs), de trois logis d’abbesses (XII-XVIIe s.) et des bâtiments claustraux (XI-XVIIIe s.). Ces derniers comprennent une aile orientale (salle capitulaire, chauffoir, escaliers) de 45 m de long, une aile méridionale composée de deux réfectoires successifs et une portion de cuisine, enfin une aile occidentale avec un cellier (23 x 6 m) et 4 caves (sous les cuisines modernes).

À ces études s’ajoutent celles d’un lavoir avec son réservoir d’eau, de deux canalisations (sur 115 m de longueur), de trois fours à cloches, de nombreux bâtiments annexes dont la fonction reste à identifier, et enfin de sept espaces funéraires (dans les églises, le cloître, la salle capitulaire, le porche/portail, le cimetière paroissial, le cimetière des pauvres ou des domestiques et le cimetière du village de Beaumont).

Quelques données chiffrées

L’organisation du chantier

14800 m² décapés,

– 14 mois de terrain,

– 51 archéologues de l’Inrap ont participé à la fouille (entre 1 et 190 jours) ainsi que 9 archéologues de la cellule Inrap/CISAP spécialisée dans la fouille des puits,

– 14 archéologues du Service de l’archéologie du département d’Indre-et-Loire (SADIL) ont rejoint l’équipe pour 20 à 210 jours,

– 45 stagiaires (collège, lycée et universités de Tours, Paris, Bordeaux et Lyon) ont été formés.

– près de 7000 personnes ont visité le site lors des Journées européennes de l’Archéologie, des Journées européennes du Patrimoine, de visites scolaires ou privées.

La documentation accumulée

– plus de 10 000 unités stratigraphiques enregistrées,

– 2699 structures archéologiques fouillées,

– 94 caisses de mobilier céramique,

– 47 caisses de mobilier archéozoologique,

– 10 caisses de petit mobilier (métal, os, terre cuite, cuir, bois, tissu ou lithique),

– 537 minutes de terrain (relevés graphiques),

– 14000 points topographiques,

– 17000 clichés photographiques,

– 800 structures relevées en photogrammétrie,

– 4 To de données.

La fouille

889 sépultures fouillées finement,

– 197 sépultures fouillées rapidement,

– 2 glacières,

– 11 puits,

– plus de 10 structures profondes (puits cuvelés en bois, latrines ou fosses ?) traitées à la pelle mécanique,

– plus de dix latrines

– 1 fontaine,

– 2 emplacements de lavabo,

– 1 pigeonnier du XVIIe s.,

– au moins 11 caves et puisards,

1 caveau abbatial monumental,

– 1 crypte,

– 150 m d’un état ancien de la clôture abbatiale et son portail,

– 6 caches d’armes et de munitions de la Seconde Guerre mondiale.

Cette belle aventure scientifique et humaine se poursuit désormais avec l’étude en laboratoire des données recueillies.



Citer ce billet
Philippe Blanchard (2024, 14 février). Bilan de chantier. Chroniques de Beaumont. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vtyl

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Charles Leach dit :

    L’histoire de l’abbaye de Beaumont est très intéressante. Depuis un petit coin du nord du Pays de Galles, j’adresse mes meilleurs vœux à toutes les personnes qui ont travaillé si dur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search